Coût d’installation

 

Coût variable d’investissement

Le coût d’une installation est très variable selon sa taille et sa configuration. Il est possible de mieux estimer cette somme grâce aux exemples d’installations existantes.  Les tarifs baissent pour des installations plus importantes. Globalement, une installation requiert un investissement compris entre 200 000 et 800 000 euros.

 

  • SARL METHAVO ELEVEVAGES : première unité de méthanisation agricole d’Ille-et-Vilaine exploitée par Gildas Fouchet en 2007
  • SARL GAZEA : première unité de méthanisation agricole des Côtes d’Armor exploitée par Alain Guillaume en 2004

 

SARL GAZEA

SARL METHAVO ELEVAGE

Aménagement du site

55 000€

35 000€

Réception et gestion des substrats

95 000€

92 000€

Digesteur du biogaz

345 000€

233 000€

Valorisation du biogaz

300 000€

210 000€

Valorisation de la chaleur

45 000€

37 000€

Automatisation et équipements de mesures

45 000€

35 000€

Ingénierie

15 000€

20 000€

Différence de coût d’investissement.

L’investissement global s’élève à 662 000€ HT pour la SARL METHAVO ELEVAGES dont la puissance électrique installée est de 100 kW contre 900 000€ HT pour la SARL GAZEA  dont la puissance électrique installée est de130 kW en plus de 75 kW de secours

Pour plus de précision, l’investissement peut dépasser les 10.000€/kW. Il ne devient inférieur à 5.000€ que pour des puissances supérieures à 250 kW. Le cas général est entre 6.000 et 9.000 €/kW.

Par suite, la construction d’un méthaniseur revient très cher pour un agricole, et vu que le concept n’est pas très développé en France, le coût de la mise en place est bien souvent inabordable. En fonction de la puissance : au-dessous de  50kW, le cas de rentabilité sont  exceptionnels, au-delà, la rentabilité ne dépend guère de la puissance.

Par contre tous les projets dont le taux de valorisation est supérieur à 70% ont un TRB (Temps de retour brut) inférieur à 10 ans. Et, tous les projets disposant de plus de 50% de coproduits sont rentables, mais pas plus que les projets sans ou avec très peu de coproduits

Aides possibles

Afin d’encourager le développement de la méthanisation, plusieurs organismes ont mis en place des fonds spécifiques et beaucoup de subventions sont possibles.  Mais pour les obtenir, les porteurs de projet doivent fournir un effort administratif important.

Heureusement certaines associations proposent d’aider les agriculteurs, les privés ou même les collectivités cherchant à monter un projet de méthanisation.

Nous avons rencontré une chargée d’étude de l’association AILE (Association d’Initiatives Locales pour l’Energie et l’Environnement). Cette association propose ses services auprès de toute personne motivée souhaitant monter un projet en lien avec les énergies renouvelables.   logo aile

Cette nouvelle dynamique européenne est un moteur pour la France qui entre les années 2000 et 2005 voit doubler le nombre de projets de méthanisation utilisant les effluents industriels. En 2006, puis en 2011 le ministère de l’Ecologie et du Développement durable pose de nouveaux arrêtés sur le tarif de rachat de l’électricité issue du biogaz. Aujourd’hui ce tarif peut s’élever à 20c€/kWh. Ce nouveau tarif correspond à une hausse d’environ 20% par rapport aux anciens prix de rachat, si l’on prend en compte les différentes primes possibles.

logo_ministere_ecologie

Les primes sont basées sur l’efficacité des installations, elles ne s’intéressent pas seulement à la réinjection de l’électricité dans le réseau mais demandent aux exploitants d’utiliser au mieux la chaleur produite par leur unité. En Bretagne, cette chaleur est généralement utilisée pour chauffer les étables ou les bâtiments des fermes. Pour les meilleures installations, ces primes à l’efficacité énergétique s’élèvent à 4c€/kWh.

D’autres primes à l’efficacité existent comme le label « Flamme verte », créé sous l’impulsion de l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise des Energies (ADEME) pour promouvoir l’utilisation du bois de chauffage performants dont la conception répond à une charte de qualité exigeante en termes de rendement énergétique et d’émissions polluantes.

ademe

 

 

flame verte

 

Pour afficher ce label, les installations de moins de 70kW doivent assurer un rendement supérieur à 70%. L’obtention de ce label est particulièrement intéressante car il permet de demander des subventions à L’Agence Nationale d’Amélioration de l’Habitat (ANAH). Des explications détaillées et des demandes de subventions sont disponibles sur le site internet de l’ANAH.

anah logo

On se rend vite compte que beaucoup de subventions sont possibles. La situation française évolue dans le bon sens et s’intègre dans un élan général européen.

evolution de la puissance electrique

trajectoire 2020

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *