CONTROVERSES

Le sujet du développement de la méthanisation soulève plusieurs controverses. Elles lient entre elles différents acteurs qui n’ont pas tous les même intérêts au développement de la méthanisation et de ses unités de production. Les différentes controverses que nous avons relevées sont :
– Les cultures énergétiques
– L’injection du gaz produit dans le réseau public
– La taille critique des unités
– L’implantation des ces unités dans le milieu urbain

Nous vous présentons sur les quatre schémas ci-dessous les principales controverses que nous avons ressorties de notre sujet ; autour de ces controverses nous avons essayé de placer les acteurs en trois catégories :

– en vert : ceux qui sont favorable au bon développement de la controverse
– en orange : ceux qui sont contre le bon développement de la controverse
– en gris : ceux qui jouent un rôle important dans cette controverse, mais dont l’avis est difficile à cerné ou qui se tient à la limite en les deux autres groupes

Cultures énergétiques
Les cultures énergétiques sont des cultures de taillis dont le bois est destiné à être vendu dans les chaufferies bois.
Ces cultures présentent des questionnement écologique par l’entretien et le traitement des champs.
Des plus certains prétendent que ces cultures destinées à produire de l’énergie déséquilibrerait le marché de l’agriculture alimentaires.

Nous nous sommes particulièrement penché sur cette controverse dans la rubriques Pour aller plus loin.

Disposition des acteurs autour de la controverse de la culture énergétique

Disposition des acteurs autour de la controverse de la culture énergétique

Les acteurs contre le développement de ces cultures énergétiques sont clairement identifiés par leur intérêts économiques ou leurs convictions écologiques.
Les acteurs pour le développement des cultures énergétiques sont des acteurs qui vont y trouver un intérêt principalement économique, que ce soit dans l’achat de la matière, la vente ou l’achat de l’énergie produite
Pour les scientifiques il est difficile de leur donner un camp autour de cette problématique car ils ne sont pas tous liés de la même façon à ce sujet. Par exemple les scientifiques qui développeront les engrais à vendre au exploitant des cultures énergétiques seront plutôt favorable à son développement, tandis que ceux qui se sentent attachés aux problèmes écologiques porteront plus d’attention à trouver d’autre moyen de fournir de la matière première aux unités de méthanisation.

Injection de gaz dans le réseau
L’injection de gaz dans le réseau public est l’un des principaux freins au développement des unités de méthanisation chez les particuliers. En effet il est aujourd’hui impossible de revendre le gaz produit par son unité dans le réseau, contrairement à l’électricité.
Il faut dire aussi que l’injection de gaz dans le réseau est plus délicat. A l’inverse de l’électricité le gaz peut être plus ou moins pur et se composition peut varier. L’un des arguments majeur contre son injection est la sécurité. Quelques notions sont abordées dans la pages le paragraphe Mesure de sécurité de la page Contrainte d’installation.

controverse_injection_gaz

Disposition des acteurs autour de la controverse de l’injection du gaz dans le réseau public

Encore une fois les consommateurs et producteurs se placent plutôt du côté des partisans de l’injection de gaz pour des raisons écologiques ou économiques.
Les grands groupes contrôlant le marché du gaz sont clairement contre ce genre de pratique car l’injection du gaz dans le réseau leur ferait perdre des parts de marché.
Pour les ministères il est toujours aussi difficile des les placer car peuvent un fois aller dans le sens de la controverse et une autre fois à son encontre.

Une nuance est à apporter aux fabricants d’unités.
La possibilité d’injecter le gaz dans le réseau pourrait inciter les particulier à ce munir de petites unités leur permettant de traiter leurs déchets et de revendre l’énergie produite.
Cependant la fabrication des petites unités n’est pas toujours évidente.

Ce problème de taille des unités nous amène sur notre troisième controverse : la taille critique des unités.

Taille critique des unités de méthanisation
On appelle taille critique la taille minimum que doit avoir les unités pour pouvoir avoir un digesteur qui fonctionne correctement. En plus des soucis technologique il est important que le revenu de la production soit suffisant par rapport au prix d’investissement et au coût d’entretien de l’unité.
Les constructeurs d’unités proposent souvent de grands digesteurs, ce qui empêche les particuliers ou les petits exploitant agricoles d’installer leur propre unité. Alors qu’il existe des exemples dans le monde qui montrent qu’il est possible de créer de petites stations de méthanisation.
Certaines de ces stations individuels permettent à des agriculteurs africains de vivre en économisant l’achat de gaz pour cuisiner, c’est pourquoi des pays comme le Cameroun lance des campagnes de sensibilisation à la biomasse.

controverse_taille_critique

Disposition des acteurs autour de la controverse de l’injection du gaz dans le réseau public

Ici nous n’avons pas placé d’acteurs pour et conte car dans chaque catégorie il y a plusieurs points de vues.
Pour les gérant d’unités, les agriculteurs et les industriels qui traitent leurs effluents leur position dépend principalement de la quantité de matière qu’ils ont à traiter.
Pour les scientifiques et les constructeurs d’unités on retrouve également des points de vus divergents.

L’implantation des unités en milieu urbain
L’implantation des unités en milieu urbain rencontre souvent de gros freins venant des riverains. En effet les nuisances sonores et olfactives qu’engendre l’exploitation quotidienne des unités est souvent source de plaintes. Il n’est pas rare de voir des des collectifs d’habitants se former afin d’avoir plus de poids face aux gérant d’unités. Cependant les nuisances sont souvent contrôlées et des normes de sécurité sont à respecter, notamment du point de vu odeur.

Pour cette controverse peu d’acteurs sont mis en jeu mais leur rôle sont tout à fait établi et seul l’Etat ou les autorités jouent le rôle de médiateur et aide bien souvent à trouver un compromis et une entente entre les deux partis.

Disposition des acteurs autour de la controverse de l'implantation en milieu urbain

Disposition des acteurs autour de la controverse de l’implantation en milieu urbain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *